L’homme moderne

Classé dans : Peinture, écriture | 3

♠Essai poétique à propos de l’homme moderne, inspiré d’un tableau d’Edvard Munch intitulé: Angoisse (Anxiété)

 

Le teint blafard

Habillés de noir et bien chapeautés,

Chemises blanches et noeuds papillons,

Des spectres endimanchés défilent

Sur le chemin de Nulle Part.

Sous un soleil qui fuit

La bouche et les yeux hagards

Ils marchent côte à côte

Sans jamais se rencontrer.

Leurs traits se perdent

Derrière le masque

De leurs visages livides.

Dans la douleur d’un soir qui tremble,

Ils regardent mais ne voient pas.

Ils ne versent plus de larmes.

Leur âme aride et desséchée

S’engouffre dans le néant

D’un ciel agonisant.

Dans la foule, solitaire,

Une femme gémit.

Inconsciemment elle regrette

La vie qu’elle a portée

Et qu’elle a supprimée,

Pour préserver sa liberté.

Dans le magma de la bêtise,

Des hommes n’espèrent plus.

Trompés par un mirage,

Ils ont laissé en friche

Leurs espoirs, leurs rêves.

Tout près, des enfants meurent.

Miroir aux visages hagards

L’homme moderne sans espoir

Qui, aussi vide que le vide,

En proie à l’angoisse

À la peur qui l’habite,

Ne sait plus d’où il vient,

Encore moins où il s’en va.

Son pas court vers la mort,

Par delà les collines brunes

De ses horizons épars.

Au centre de son cercle

Son univers se recercle,

Sous un ciel tourmenté

Strié de jaune et de rouge

Qui ondule autour de lui.

Il ne sait plus qui est l’Autre.

Il ne sait plus qui il est.

Derrière une ombre lourde

Dort l’âme solitaire

Qui traîne sa peine, sa tristesse,

Ses regrets, ses amertumes.

Angoissé, sans réponse

Au chaos de l’existence,

Il abandonne son destin

Aux caprices du Hasard.

Dans son bateau solitaire,

Seul capitaine à bord,

Il hésite: Bâbord ou tribord ?

Enfin il met le cap

Sur l’illusion matérialiste

Pour panser la plaie

Du grand vacuum qu’il a fait.

Il pourrait, s’il le voulait,

Ne plus porter seul cette angoisse,

Élever les yeux

Au-dessus des collines brunes,

Abandonner son gouvernail

À Celui qui donne

Le mouvement et l’être,

Ressuscité d’entre les morts.

Enfin libre, il saurait

Et il deviendrait

Ce pour quoi

Il

Est

©Cécileb

3 Responses

  1. Denise Beaulieu

    Sous voile de pure poésie, voilà une description, bien triste mais tellement juste, de cet homme moderne. Voilà un texte d’une belle profondeur!

  2. René Beaulieu

    Magnifique poème qui reflète bien la détresse de l’homme qui cherche la vie partout, sauf au bon endroit

    René

  3. Aleth

    Dommage que les poètes modernes ne sachent plus écrire en vers bien balancés et en rimes riches.

Laissez un commentaire